Vous êtes ici :   Accueil » Goteborg - Vanersborg
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://voiliercarriacou.free.fr/data/fr-articles.xml

Samedi 18 avril

Notre vol a une bonne demi-heure de retard, heureusement que nous avons de la marge à Copenhague. Le train est ponctuel et les suédois fidèles à leurs habitudes, bruyants et excités comme des puces : le train est leur bar du commerce. Arrivés à plus de minuit à destination, nous rejoignons sans soucis Carriacou après un peu de marche. Il sera 2heures quand nous rejoindrons nos couchettes.

Dimanche 19

Nous retrouvons notre bateau dans un état  impeccable, il faut dire que le chantier, BlueMarina, nous l’a même nettoyé avant de le remettre à l’eau. 1ère expédition au Hemkoop pour avitailler pour Robin et Joëlle qui reviendront chargés comme des mulets. Les mêmes repartiront dès le repas avalé en direction du lointain Hornback, magasin de bricolage vendant d’indispensables tapis en caoutchouc qui nous permettrons de surélever chaine et radeau de survis afin qu’ils ne trempent plus dans l’eau. Robin y repartira même au Hornback au pas de course pour acheter un tapis supplémentaire mais trouvera porte close. Pendant ce temps Esteban et Fabrice réarment le bateau sous un magnifique soleil. Même si les tâches ne sont pas enthousiasmantes, le soleil, l’eau et la douceur de vivre suédoise nous offrent déjà un beau début de vacances.

Lundi 20

Robin et Joëlle repartent au Hornback pour acheter un tapis supplémentaire et un raccord pour tuyau suite à la casse du réservoir tampon durant l’hiver, celui-ci ayant été insuffisamment purgé. Le soleil réchauffe vraiment l’atmosphère et les enfants sont en tee-shirt ! C’est vraiment sympa puisque le réarmement se passe essentiellement dehors. L’après-midi est consacré à une balade au centre commercial, situé de l’autre côté du pond. En fin de journée, le lotus grill nous offrira notre 1er barbecue.

Mardi 21

Après avoir encore une fois traînés au réveil, nous appareillons paresseusement pour notre 1ère navigation de la saison. Après être sortis sans encombre du chantier nous remontons lentement la rivière où nous sommes seuls, la saison n’étant pas commencée. Les berges sont couvertes de bateaux, parfois en double, sur plus d’un kilomètre. Beaucoup de vieux gréements et de bateaux de pêche, mais aussi des maisons flottantes de toutes les formes. Bientôt, les chantiers laissent place aux usines et aux entreprises dont les ouvriers déjeunent sur des terrasses aménagées le long des berges. Peu à peu, la nature émerge : rochers, collines, forêt dessinent les paysages typique de la Suède. Nous arrivons devant notre 1er pont à ouvrir, il sera tournant. Après 20 bonnes minutes d’attente et des réponses en allemand, nous le franchissons enfin. Après quelques méandres du fleuve, nous arrivons en vue du château de Kungälv. Nous quittons le cours principal pour remonter un petit bras de rivière qui se fait presque ruisseau pour arriver dans une marina pour lilliputiens. Visiblement, un bateau comme le notre n’était pas prévu et nous manquons de nous envaser lorsque nous nous amarrons à l’arrache. Une balade à terre nous fait vite comprendre que le plus dur reste à venir, faire demi-tour demain ! De marina aucune trace et nous chercherons en vain les douches, l’électricité… Nous faisons le tour du château à pied, faute de pouvoir le visiter, là aussi sans doute trop tôt dans la saison. La petite ville sur l’autre rive est charmante mais tout y est également fermé. Nous nous consolons avec un 2ème barbecue.

Mercredi 22

Vers 9h, profitant de la marée haute et après une magnifique manœuvre à la main depuis le ponton afin de faire pivoter Carriacou à 180°, nous voici repartis sur le long du fleuve. La journée s’annonce splendide et si les températures matinales sont fraîches, voir vivifiantes, le soleil ne tarde pas à réchauffer l’atmosphère nous obligeant à mettre de la crème solaire et des chapeaux. Les paysages sont magnifiques et apaisants, les collines de plus en plus hautes et couvertes de forêts, les rochers de plus en plus présents le long des berges. La campagne est de plus en plus présente et les villages s’espacent peu à peu, nous donnant même l’occasion de voir 2 daims : cela change des dauphins et des phoques. Après avoir paresseusement remonté le fleuve, nous voici devant un pond ouvrant qui est suivi immédiatement par notre 1ère écluse. Ce sera également l’occasion de croiser notre 1er bateau depuis le départ. Nous découvrons le mode d’amarrage un peu à l’arrache, mais nous gérerons sans difficultés le remplissage de l’écluse. Dès la sortie, une mini marina nous attend, un peu au milieu de nul part. Après une bonne douche, les adultes iront avitailler à la ville, sorte de hameau-banlieue un peu tristounet. Puis tout le monde, glandouille sur le bateau en attendant le repas du soir : boulettes et potatissalad avec en final un kanelgömma accompagné de jus de bålbär pour fêter l’anniversaire de Joëlle.

Jeudi 23

La journée s’annonce moins estivale que les précédentes, le ciel est voilé, le vent plus fort et même Robin doit mettre une polaire winstopper pour barrer. Les paysages sont toujours aussi beaux et nous aurons même la chance de pouvoir observer un splendide renard. Vers midi, nous arrivons en vue du Trollhättan Kanal, impressionnante succession de 4 écluses qui nous permettra de franchir 32 mètres de dénivelé. Les marins ont pris le coup de main et les écluses seront rapidement franchies sans encombre. A la sortie nous ferons une petite halte pour faire le tour des installations et observer des écluses datant de 1844. Nous aurons également l’occasion de regarder le passage d’un cargo transportant des billes de bois : il est impressionnant de voir manœuvrer de tels monstres qui tiennent à peine dans l’écluse. 3 ponts et une écluse plus tard, nous voici en approche de Vänersborg mais le vent est fort et les rafales assez violente. Nous décidons ne nous poser au ponton visiteur devant la marina et d’aller voir le hamnkontor situé dans un ship. Elle nous confirme que nous étions attendu et qu’elle a réservé pour Carriacou la place n°31, située en plein milieu du port, elle est inatteignable dans ces conditions de vent. Nous allons donc patienter et voir si le vent veut bien tomber en fin de soirée. Après le repas, nous nous lançons dans une manœuvre à bout de bout dont nous avons le secret et Carriacou est rapidement halé jusqu’à sa place dans une marina dont nous sommes les seuls occupants.

Vendredi 24

La marina est idéalement située : proche du centre vile, à côté de la gare et non loin d’un grand supermarché. Le couple de gérants de la marina est adorable, ils s’occupent tout à la fois de la marina, d’une aire de camping-cars et de la boutique : Carriacou sera bien là. Nous profitons de cette journée pour visiter la petite ville de Vänersborg. Quelques boutiques, une fiska et une ballade dans le parc sur le bord du lac plus tard et le tour est fait, d’autant que le musée, comme celui du Trollhättan Kanal, est encore fermé à cette saison. La bourgade est agréable, avec quelques maisons typiques et bien sûr u accès privilégié au lac. La fin d’après midi est consacrée à quelques courses puis aux traditionnels bricolages et rangements à bord. Puis nous faisons un dernier barbecue saucisses avant d’entamer  une  soirée lecture au  chaud sous les plaids et les couettes.

Samedi 25

La matinée est consacrée à la préparation du départ et donc à protéger, ranger, réparer afin que Carriacou puissent nous attendre 3 mois sans risque. La température est très fraîche et les travailleurs ont vite les doigts gourds. Pour revigorer tout le monde, rien ne vaut un bon boulettes-potatissalad avec un kanel bullar en dessert. Les enfants profitent de la force du vent et des rafales pour s’amuser avec le cerf-volant. L’annexe et la perche IOR sont rentrés, puis nous nous offrons un hammam et une bonne douche histoire décrasser tout le monde et de se réchauffer. La soirée est consacrée à la confection de sandwichs pour le retour et à se prélasser sur les banquettes pour bouquiner.

Dimanche 26

Le beau temps est revenu, et après les derniers bricolages sur le circuit d’eau et l’installation d’un fusible pour protéger le chargeur des panneaux solaires, si faut se résoudre à quitter le bord pour le train de 11h09 qui doit nous ramener à Göteborg. Comme d’habitude, extraire Fabrice de Carriacou et à peu près aussi aisé que d’extraire un chapeau chinois de son rocher… Le train nous fera passer par le pont à contrepoids et nous permettra d’avoir une vue la marina depuis la rive d’en face. Ensuite nous prenons un deuxième train pour Copenhague, l’avion pour Orly, le tram pour Villejuif et le métro pour Paris...


Date de création : 17/05/2015 20:40
Catégorie : Récits de voyages -
Page lue 776 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !