Vous êtes ici :   Accueil » Saint Martin - USA
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://voiliercarriacou.free.fr/data/fr-articles.xml

Mon carnet de bord, par Nico

Je dois rejoindre bateau et capitaine au Timeout Boatyard, Sandy Ground, Marigot, StMarteen, West Indies. Rien que l’adresse est déjà une évasion. Ca vient à point après les tracas des formalités pour les photos, le formulaire électronique, le rendez-vous à l’ambassade, l’enveloppe prépayée, le mandat poste… et j’en passe. Qui veut aborder les USA par la mer doit s’y prendre six mois à l’avance. Après ça, les billets d’avions sont une plaisanterie. Surtout que j’ai un secrétariat personnel qui fait ça très bien !

9 avril 2011, me voilà parti pour ma première transat à tout vitesse et à dix mille mètres d’altitude, mais il y a quand même 6500km à faire. Moins 55° dehors : restons au chaud ! Je note dans mon petit carnet mes impressions . Hemingway n’a qu’à bien se tenir, j’arrive.

Au décollage, j’ai le temps de reconnaître Ablon (mais pas Villeneuve-le-Roi, étant du mauvais côté), puis l’étang de St-Quentin. Peu après, un grand estuaire suivie d’une côte sablonneuse, rarement échancrée… heu, la Loire ? nous volons parallèlement au rivage, ce qui ne serait pas logique si c’est bien l’Atlantique (nord/sud) ; d’ailleurs je ne reconnais pas la Baule… bizarre ; voilà que la côte tourne franchement à droite et se poursuit par une presqu’ile immense…Waaaa l’autre, hé ! C’était pas la Loire, mais la Seine ! Et ta prequ’île c’est le Cotentin, avec le havre de Lessay juste en dessous ! Donc maintenant on va voir les anglo-normandes… gagné ! Et puis après plus rien, du bleu, pendant des heures et des heures.

Pfft, seulement deux milles bornes depuis le départ. Encore 4500… ça avance pas.

Sur mon petit écran video perso, je visionne successivement Angèle (un drame socio-péchou à Port-en-Bessin), Secretariat (un drame americano-hippique) et des bouts d’Harry Potter.

Sur le moniteur, les chiffres du vol bougent lentement :

Alt 11361m    

Temp ext –63°C

Distance au but 3500

Vitt 746km/h (seulement ? ben oui, il y a un vents de 115km/h de face).

Je vous passe les détails. L’avion atterrit à 22h30 mais en local, c’est l’après-midi, six plus tôt. Station balnéaire, montagnes vertes et touffues. Sortie, moiteur, chaleur. Un énorme taxi 8 places me fait faire le tour du lagon. Nids de poules et boutiques aux planches colorées. Poussière. Mon chauffeur noir et anglophone peste contre les étrangers qui viennent chercher dans ces poussières d’Union Européenne une vie meilleure à base d’allocations. Il m’apprend aussi que l’eau douce est rare, la montagne deserte. On ne vit que sur la côte. Trouvé assez facilement le chantier grâce aux indications de Fab. Pas fait 10 mètres avec mes sacs qu’il me rattrape chargé lui aussi des vivres qu’il ramène de la supérette d’à coté. Le temps d’aller au bateau et on retourne deux fois compléter l’avitaillement, payé en dollars. Enormément d’importations françaises dans les rayons (marque Belle France). Fruits et légumes, boissons, pain, biscuits. Pas facile d’estimer les quantités. De quoi aurons-nous envie dans huit jours ? Je laisse faire Fabrice et on privilégie l’apect fonctionnel de la nourriture.

18h00 il fait quasi-nuit. L’ensemble du bateau, dessus et dedans ressemble à un gros foutoir où se cotoient des outils, des aliments, du matériel de navigation, des fringues, des pots et tubes divers... je nous vois mal partir à l’aube.

Le chantier Timeout tient du terrain vague et de la communauté de clochards des mers, agrémenté de quelques cabanes et palmiers. Pourtant, il s’y est trouvé assez de compétences.

A en croire Fabrice, on est quasi-prêts. C’est vrai qu’il y a trois jours à peine, le bateau était à terre, dématé… il est maintenant à l’eau, antifouling refait, mâté, avec ses voiles à poste ; le désordre ambiant n’est que la poussière qui retombe après une bataille de titans. A la réflexion, quand on connaît un peu ce qu’est un bateau de croisière, avec la quantité invraisemblable de trucs qui peuvent coincer, se boucher ou refuser tout implement de fonctionner sans raison, l’épreuve a du être rude. D’ailleurs le capitaine est tout rouge de trois jours de soleils et d’efforts ininterrompus. Personnellement, je n’aurai, avant le départ, que le vague souci de vider mon sac et d’aller chercher des énormes sandwiches délicieux chez le pizzaiolo après le pont. Cette course sera mon seul aperçu de près des Antilles. Bruits de moteurs, reggae, monde dehors tard, lampes illuminant des palabres au seuil de maisons bricolées, jeunes en scooters… pas si loin des cités du 94 finalement.

10 avril ; réveil à 6h pour un départ effectif à 8h. Une darse, quatre amarre larguées, un pont mobile… nous mettons à peine l’étrave dans l’eau libre qu’un fort grincement monte du moteur ; point mort ; un bout dans l’hélice, un problème mécanique grave ? A quelques dizaine de mètres de la côtes, avec le vent dans le nez, il faut réagir vite ; hisser les voiles ? il y a plus simple ; Fab hèle un cata sorti derrière nous ; au prix d’une rayure (car son capitaine manœuvre seul et s’est appuyé un peu sur notre ancre) nous voilà en remorque ; je ne me souviens pas de son nom ni de sa nationalité ; en tout cas, nous discutons rapidement en français et il nous emmène un peu plus au large ; nous hissons nos voiles tandis que la cata se dirige vers la zone de mouillage à la sortie du port ; relancer le moteur, revenir à la marina ? et puis quoi ? le vent est favorable et la calendrier serré (comme dans toutes les mauvaises histoires de mer) ; nous mettons le cap au large pour dépasser la pointe de l’île puis prenons notre route vers la Floride, avec une grosse incertitude sur  notre moteur désormais. A dieu vat. Le téléphone portable passe encore. Coup de fil aux filles et ciao St-Martin.

Ce dimanche sera malgré tout une belle journée. Nos petits patchs collés derrière l’oreille sont peut-être efficaces ; en tout cas, nous ne serons pas malades ni l’un ni l’autre, à peine nauséeux pour moi et sans suite. Nous marchons au vent de travers, toute la journée et toute la nuit, avec un peu de houle et un vent de 15 nœuds. Les deux litres de citronnade encaisse le plus gros de notre soif. Quel bonheur ce frigo à bord. Restons sous le vent d’Anguilla, puis longeons dans la nuit l’île d’Anegada dont nous verrons les lumières à l’horizon. Le rythme des quarts de nuit se met en place. Après un dîner de bonne heure, je vais me coucher, en pyjama s’il vous plait ; la nuit est douce et un drap suffit. Je fait le quart suivant de 23H à 2h du matin. La veste de quart que Joëlle a laissé à bord est la bienvenue. Suivant les nuits, je mettrai parfois le bas du ciré aussi pour ne pas me refroidir mais il n’y aurai jamais de grains ni de pluie. Le teck du cockpit reste bien sec. Gilet et sangle pour ne pas tomber à l’eau pendant le sommeil du capitaine. Minuteur réglé à 20mn, pour faire un tour de d’horizon, vérifier le cap… bien souvent je me couche sur le banc du cockpit avec un coussin sous la tête et m’endort, avec le minuteur à coté de l’oreille. Nous avons calculé qu’avec notre visibilité au ras de l’eau, nous avons autour de nous un cercle d’eau libre d’environ 10 milles nautiques de rayon ; il faudrait donc environ 20mn à un cargo encore sous l’horizon pour venir jusqu’à nous ; mais Carriacou est équipé d’un radar et d’un récepteur AIS qui « voit » les navires bien avant nous ; nous aurons de temps en temps des alarmes dans le carré du bateau avant de rien voir ; surtout le jour ; la nuit, les feux se voient mieux. Je descend aussi régulièrement à la table de navigation voir la position du bateau sur la carte Maxsea de l’ordinateur, et comparer la trajectoire prévue par le logiciel de routage avec celle effectuée . Je remonte dans le cockpit ; chic, je suis juste de la bonne taille pour poser mon nez sur l’arceau de la capote pouvoir regarder vers l’avant du bateau. Rien à l’horizon. Je me recouche pour 20mn.

Lundi 11 avril 2e jour de mer

J’ai enchainé avec le quart de 5h et 8h du matin, en ayant pu dormir un peu entre chaque. C’est un quart facile, avec le lever du soleil et le petit dèj à suivre : café soluble, tartines beurre confiture, yaourt céréales, jus de fruits… Fab trouve un minuscule poisson volant sur le pont ; c’est le seul que je verrai de près d’ailleurs. Dans la journée, je parle à Claire au téléphone satellite. Cuisine : Fab tient à rester le moins possible en bas et je suis d’accord ; donc on cuisine une seule fois avec la cocotte, c’est chaud le midi et froid le soir ; vaisselle en vrac dans l’évier ; je me charge de la faire à l’eau de mer le matin avant le petit dèj ; tout les repas sont servis dans des bols, et mangés à la cuillère ; la saucisse de Mur-de-Barrez vient étayer les premiers apéros au Ti’punch. Sieste en journée et inversion des quarts pour la nuit. Aussitôt le riz poulet froid avalé, la nuit est là et Fab descend se coucher. Je veille de 8h à 11h (facile), puis dodo, puis quart de 2h à 5h (c’est le quart le plus dur je trouve). La houle reste modéré (je dirai 1m à 1,50m) avec un vent apparent entre 8 et 18 nœuds. Nous aurons toujours du mal à évaluer le vent réel, en force et direction : Fab n’a pas eu le temps de réinstaller le loch, du coup, la centrale de navigation ne nous donne que le vent apparent ; pour la vitesse, nous aurons le SOG (speed on ground) donné par le gps.

Mardi 12 avril

Nous tenons une moyenne de 117,5  milles nautiques par jour. Le bateau se débrouille tout seul. Nous ne touchons pas aux écoutes, et c’est le régulateur d’allure qui barre (très bien) le bateau : en cas d’embardée du bateau, une girouette réagit et provoque le mouvement d’une longe pale de bois immergée à l’arrière du bateau, laquelle agit sur a barre par deux bouts.

Même sous spi, ça marche très bien.

Je vois mon premier poisson volant en vol, sur pas loin de 100m il me semble, au ras des vagues. Plus tard, j’en verrai quelques autres effectuer des virage à 90° en plein vol.

Confiture de tamarin, confiture de bananes, on alterne les plaisirs. Je préfère banane quand même. Je me demande si j’ai pas fait mon café à l’eau de mer… imbuvable !? Aujourd’hui : douche ! Fab installa un bout en boucle à l’arrière du bateau, équipé d’un flotteur ; on déplie l’échelle de bain, et on hop, on se laisse traîner par le bateau, accroché au dernier barreau, sous la surveillance de celui resté à bord. Tout nu évidemment, car la vitesse t’a vite arraché ton slip. C’est là qu’il faut garder son sang-froid et ne pas lâcher le bateau pour récupérer son slip… le con. Ensuite douchette d’eau douce sur la jupe arrière, youpi. Mais les vêtements sentent peu en fait, on ne doit pas spécialement transpirer.

Les petits concombres de St-Martin supportent très bien le voyage dans leur filet. Par contre les carottes sont moisies et passent à l’eau. Allez : concombre tabasco, poulet lentilles et Rhum.

Je crois voir un thon poursuivre un poisson volant !? Depuis que nous avons quitté la terre de vue, nous naviguons sur un grand rond bleu qui se déplace en même temps que nous : on a beau faire de la route, le paysage ne change pas. C’est bleu et vide. Le bateau tranche la-dedans heure après heure. Il fait toujours très beau. Allons, encore un rhum. Ne croulant pas sous les manœuvres, le cockpit, à l’ombre du bimini, se transforme en salle de lecture pénitentiaire (nous sommes toujours sanglés dans notre gilet automatique et attachés au bateau). Je termine Les Hommes de Bonne Volonté, de Jules Romains, puis un épisode de l’aliéniste, puis je commence Dan Brown que Fab m’a donné en fichier audio, mais je le garde finalement pour les siestes. Allongé dans la cabine, hublot ouvert, il fait plus chaud que dehors, mais on entend plein de bruits et surtout l’eau qui glisse tout près sur la coque, derrière la cloison. La nuit, entendant de nombreux chocs, grincements, déplacements, frottements, cliquetis de toutes sortes, je serai souvent surpris du calme qui règne sur le pont.

Mercredi 13 avril

Nuit calme. Un cargo s’est dérouté pour passer derrière nous. Pas toujours facile à identifier. Nous avons croisé des convois : remorqueur plus barge, de loin on dirait un immeuble couché qui flotte… Nous voici à la hauteur de la république dominicaine, mais trop au large (40 milles)  pour rien voir. Marchons sous génois tangonné au vent, après avoir abattu pour suivre le vent, presque vent arrière maintenant. La moyenne de 120 milles par jour tient toujours, ce qui fait 5 nœuds de moyenne ; Carriacou est lourd et dans un vent de 15 nœuds, on dépasse rarement 6n. Sur mer calme, le spi nous tire à 4.5n. Laissé message à la maison par l’Iridium satellite. Premier passage du ri-boudin antillais qui deviendra célèbre à bord.

Jeudi 14 avril

Nuit calme sous génois tangonné. Vu des éclaires loin dans le sud ; sommes maintenant au large des îles Turk et Caïcos. Ce matin, bricolage dans le puits de dérive. Au portant, nous remontons la dérive et elle se met à battre dans son puits ; C’est stressant la nuit. Fab ouvre le puits et démonte les cales en plastique qu’il a trop rabotées sous-prétexte que ça coinçait ; en les inversant peut-être ? une cale refuse de rentrer à sa place ; on force ; c’est pas bon non plus ; mais elle ne veut plus sortir ; nous voilà à muler à deux dessus, han ! Pour finir, tout le monde revient à sa place. Bilan nul : la dérive tape toujours. Grrrrr !

Les fichiers reçus par satellite prévoit une météo belle. Mer toujours tranquille. Bientôt 500 milles au compteur.

Avons croisé un super-yacht à moteur et deux gros porte-conteneurs. Je me rase dans le cockpit, pas dans les toilettes dont je parlerai plus loin, avec un bol d’eau douce et un bout de miroir. Un petit héron blanc, casquette jaune, l’air ahuri, est venu se poser sur le bateau. Après s’être cassé la figure deux ou trois fois sur les panneaux solaires à l’arrière du bateau, il s’est installé à l’étrave et en a profité pour tout salir. Il cherchait juste des toilettes quoi.

Moi aussi je salis tout, et pourtant je m’applique. Mais cette maudite pompe marche à l’envers : ça crée une surpression dans la cuvette et soit tout te saute à la figure pendant que tu pompes, soit tu repeins façon mouchetis toute la pièce sous l’œil goguenard du capitaine : « la prochaine fois, appelle-moi quand tu as fini ! » Ben voyons.

Quelques bandes de poissons volants fonçants au ras des vagues, mais ils sont loins et on ne distingue que quelques traits lumineux. On garde le spi jusqu’au soir ; avec la chaussette, c’est vite envoyé et vite rentré. Jusqu’à 20 nœuds de vent.

Vendredi 15 avril, 6e jour de mer

600 milles nautiques ; quatre mouettes à longues queues fines sont venues tourner au-dessus de nous, à 40 milles de la première terre ; le petit héron blanc est parti ; vent apparent de 7 à 12 nœuds ; houle faible ; beau temps. On renvoie le spi puis le vent refuse et on repart au bon plein sous génois. Gastronomie du bord : ce soir, 6e et dernier repas de riz boudin creole ; les vivres frais se raréfient dans le frigo ; (à dire très vite, c’est plus drôle). Petite baignade du soir. Demain, on attaque la banane plantain et les Bahamas. On passe en dedans, avec du courant qu’on soupçonne contraire et des cargos, ou en dehors, ce qui est un peu plus long ? par ailleurs, les prévis météo nous font craindre des calmes et nous ne comptons pas sur le moteur. Sur la carte, les noms évocateurs se succèdent : Great Bank, Windward Passage, Eleuthera, Nassau, Great Abaco Island…

Comme le bateau se barre très bien tout seul, merci au régulateur d’allure, nous nous forçons à faire des siestes l’après-midi, car les nuits sont quand même éprouvantes. En fait, je dors pas trop je crois. Merci tout le monde et Mathilde pour le balladeur. Ma cabine est très mal rangée, on ne peut pas allez au hublot sans piétiner les vêtements par terre, tralala…

Téléphoné à Claire à Toulouse, qui fait des crèpes avec Banou. Le concert de Mathilde à lieu ce soir. Je doute qu’on le reçoive sur la radio du bord.


Durant le premier quart de nuit, nous faisons du près, environ 60° de vent, route au 330
compas ; 5 nœuds ; vent apparent 15 n
Cette nuit encore, on va naviguer au clair de lune ; comme la nuit est belle, j'en profite pour
prendre des repères ; entre mes deux quarts de nuits, entre 21h et 4h du matin, la constellation
de la grande ourse bascule d'environ 90° ;

Samedi 16 avril
De vent et de la houle ce matin, après une nuit finalement un peu agitée à cause de deux
cargos mal embouchés. Finalement, les quarts ont été un peu bouleversés et le matin nous a
trouvé tous les deux endormis ; la météo un peu vive s'est vite transformée en super pétole ; la
houle nous empêchant de profiter du peu de vent qui restait ; spi, baignade et puis plus rien ;
dans l'après-midi, à bout d'idées et craignant vaguement pour notre planning, nous relançons
le moteur qui n'a pas tourné depuis la panne en sortant de St-Martin. Bon point, il marche.
Vous m'en mettrez deux heures en plein sur la route directe, svp !
Reçu un mail de Kty après le concert de Mathilde. Fais-je un mot pour Ben ?

Dimanche 17 avril
Pas de vent. 12.00 bière, 17.00 porto, 19.30 Ti Punch, 23.00 bière, entrecoupé d'un peu de spi
et de moteur … /… recherche et documentations dans la bibli du bord ; Cornell et
Gulfstream ;

Lundi 18 avril
9e jour de nav ; toujours peu de vent ; sommes à la hauteur du chenal de Providence , à
l'entrée des Bahamas. Nous décidons de contourner l'archipel par l'Est et le Nord par crainte
des courants possibles ; nous avons peu d'infos sur les courants mais l'idée de nous retrouver
au milieu des Bahamas, avec des cargos, du courant, des bancs et ilots un peu partout, et peut-
être pas de moteur fiable nous fait préférer la route au large ;
baignade et toilette ce matin ; marchons à 2n ; loin des moyennes des premiers jours ; le loch
(enfin le gps car Fab n'a pas voulu remettre le vrai loch) totalise 865 MN, 25°57latN et
75°43longW ;

cargos : on voit d'abord le haut du château et les grues et on se dit, tiens ya un immeuble la-
bas, avec des poteaux !? puis la coque noyée sous l'horizon apparaît progressivement ;

Mardi 19 avril
10e jour de nav
après une nuit entière de moteur, arrivons dans une zone de vent ; on met le spi dès le petit déj
et nous remontons Great Abaco Islanc à 5n ;
vu quelques méduses à voiles, sortent de disques bulbeux d'environ 15cm de diametre, gitant
et remontant au vent !!!???


il y a aussi depuis le départ des paquets d'algues, jaunes orange, dérivant par plaques, plus ou
moins nombreuses…


nous voici à 200MN du but ; merci moteur ; en plus, on dirait bien qu'il y a un courant
favorable qui nous pousse vers la Floride ;

Mercredi 20 avril 11e jour de mer
nuit sous génois tangonné, à 120° de vent ; nous longeaons le récif NE des Bahamas, seule
vision d'une terre depuis le départ : quelques rideaux d'arbres ( ?) à l'horizon. Il reste devant
nous le détroit de Floride, environ 120MN, avec un courant traversier de 3n, portant au nord.
A anticiper sous peine de manquer Cap Canaveral. Nous pensons déjà à la liste des choses à
faire en arrivant, sans doute jeudi soir. La pêche n'a rien donné.
Panne de gaz subite et suspecte. Nous changeons la bouteille situé sur la jupe, à l'arrière
extérieur du bateau, mais rien n'y fait. Nous testons le circuit et trouvons que le robinet près
du réchaud fonctionne mal. Nous prenons 2h de retard sur le riz chorizo.

Jeudi 21 avril  12e et dernier jour ?
la veille, à 23h, le vent nous pousse à 6.7n sur le bon cap ; à 5h du matin plus rien, super
pétole. 5.30 le moteur refuse de démarrer ; jusqu'à 8h00, Fab fait de la mécanique, testant le
carburant, les batteries, les circuits électriques, démontant entièrement le démarreur, dont les
petits aimants lui poseront bien des pb au remontage (merci le tube d'aspirine !) ; dans le
stress et la chaleur qui monte à l'intérieur, Fab est à la peine et devra même s'allonger un
moment ; je m'escrime à tirer parti de quelques courant d'air mais le bateau est secoué par la
houle, et les voiles battent avec force ; impossible de tenir un cap ; la route fond donné par le
gps montre une progression rapide vers le Nord due au courant ;
8.30 nous sommes à 43MN dans le SE du Cap Canaveral ; dans quelques heures nous aurons
dépassé sa latitude ; si il n'y a pas plus de vent que ça, nous risquons d'atterrir très au Nord de
notre destination, peut-être 50MN, peut-être plus ; pas dangereux sauf pour notre timing ; la
meteo ne prévoit pas de retour du vent ; Fab se décide à demander de l'aide ; après de longues
conversations laborieuses, les gardes-côtes du station au Nord (Jacksonville) nous envoie un
bateau, prévu sur zone dans plusieurs heures ;
9h Fab trouve une cosse dessertie ; je suis à la barre depuis 5h30 ; la réparation de la cosse ne
donne rien !?
nous hissons le pavillon US et le jaune dans les barres de flèche pour ne pas être pris au
dépourvu ;
9.30 j'essaye en vain de nous rapprocher de la côte ; le cap compas oscille entre 200 et 230
mais nous marchons plein Nord au gps ;
10.30 Fab shunte le démarreur en faisant un court-circuit avec un gros tournevis ; rien ;
plus de vent du tout ; Fab contacte Sea-Tow, une agence US de remorquage mais
l'abonnement est pris trop tard de toute façon ;
10.45 long remontage du démarreur ; rien ;
11.00 à force de tout tripoter, soudain, le moteur redémarre ! Nom de D.. ! Ca viendrait du
bouton de contact sur le panneau de commande. C'est donc, après le coup du gaz, une
conspiration !? Ah les salauds !
Le moteur ronronne à 1200 tours sans problème maintenant ; le bateau est en route sur son
cap ; je suis debout depuis mon quart de 2h du matin, un peu fatigué, Fab est pas mal non
plus.
15h les Coast Guards que nous avons décommandés nous surveillent de loin : «  Vessel 
Carriacou – captain confirm your course and speed – over » C'est pénible à épeler en anglais
comme nom de bateau… « Roger captain, confirm your position » là encore, le manque
d'habitude nous gêne dans l'énoncé des degrés et minutes…
dans l'après-midi, toujours au moteur, nous croisons quelques banc de déchets flottants, mêlés
aux algues jaunes ;
18h nous voici dégagé du courant principal ; l'eau est devenu nettement plus verte et les fonds
sont remontés à quelques dizaines de mètres ;
encore deux heures à faire ; nous voyons distinctement la côte quoique très basse et plate, les
constructions du Launch Center, les pas de tirs des navettes spatiales…
Chenal d'entrée, balisage inversé par rapport à l'Europe ; Fab voit une tortue, et voici les
premiers pélicans ; nous avons fait 1180 milles nautiques depuis St-Martin.

Quelques minutes à remonter le chenal, entrée du port, musique et promeneurs s'échappent
des nombreux restau de poissons sur les quais ; nous choisissons un ponton accueillant qui ne
nous est sûrement pas destiné ; on verra demain ; il appartient en fait à une marina à terre, en
fait un temple moderne destiné à la pêche en bateau à moteur ; c'est désert pour l'instant ;
comme il y a des jets d'eau partout, proprement lovés, nous en profitons pour rincer le bateau
à la lumière des réverbères ; comme on a retrouvé un peu d'énergie, nous rinçons
complètement le bateau, gréement, ponts, tout le matériel extérieur et les voiles que nous
laissons hautes pour la fin de la nuit ; couché à minuit ; nuit calme, toujours pas de vent, plus
de houle mais du rock ;

Vendredi 22 avril
toujours à quai ; je range et rince pendant que Fab part à la douane ; ici, jeunes, vieux,
hommes ou femmes,  tout le monde pêche ; c'est une noria de bateaux à moteur transportant
bandes de copains et familles, embarquant avec forces moulinets et glacières à bières ; shorts
à fleurs, torse nu et tong pour les hommes, maillots de bain pour les filles ; à coté de nous, les
bateaux s'arrêtent faire le plein d'essence et d'appâts ; un énorme élévateur va chercher les
bateaux dans un gigantesque hangar sur 4 étages et les met à l'eau à un rythme soutenu ; le
boss vient me voir et nous informe des tarifs pour la nuit passé à son ponton ; sur le quai des
tables inox rutilantes attendent le retour des pêcheurs qui viendront y lever les filets de leurs
mahi-mahi, barracuda, dolphinfish… les carcasses glissent directement dans le port ou les
attendent des bandes de pélicans gris et noirs ; « please poke eyes » sinon les globes gonflent
avec la fermentation et les font flotter ; tout est prévu ; le personnel de la marina nettoie en
permanence les pontons, les bateaux, rince les moteurs… ça brille ; on doit passer pour deux
clodos avec nos vestes de quarts qui sèchent sur les filières ; je discute un moment avec un
couple qui me confirme le statut de sport majoritaire ici de la pêche ; ils n'aiment pas Obama
ni le wellfare state, mais connaissent et apprécie notre président, pour son engagement en
Lybie ;
Fab revient me chercher pour que je me présente à mon tour ; d'ailleurs, le gouvernement des
USA réclame et obtient de Fab qu'il lui livre les 4 oranges qu'il détient à bord ; importer des
fruits est interdit ; pourtant une des oranges vient de Floride, via les Antilles, mais bon…
nous cheminons le long de larges avenues  à palmiers et gazon frais ;
la plupart des gars que nous croisons sont plus grand et plus gros que nous ; on fait vraiment
petits ;

à 17h, nous quittons le quai puis passons le pont à bascule qui donne sur le Inland waterways ;
de nombreux panneaux nous recommande de faire attention aux manatees ( ?) ah oui, les
lamantins… nous en verrons effectivement beaucoup, pas peureux, ainsi que quelques
dauphins dans le port ;
20h : arrivé à la marina où Fab a reservé ; on n'entre pas mais on reste dans la Banana River,
et on se met à couple d'un gros ketch dont les occupants nous ont fait force invitations en
nous voyant arriver ; leur look et la musique qui joue fort à bord nous font un peu hésiter mais
on a pas trop le choix non plus ; la nuit tombe ; tout de suite, nous voilà une bière en main,
puis on se présente ; James, Treech, Preston, un joint ? non merci une autre bière et on passe
au barbecue ; soirée dans le confortable salon de Vagabond ; ça nous fait du bien ; nous nous
éclipsons quand James disparaît tout d'un coup sous la table à l'issue d'un enieme verre ;
notre marina est située sur Merrit Island, bordée par l'Indian river et la Banana River ; l'eau y
est saumatre et séparée du littoral par une écluse ;

Samedi 23 avril
nous déplaçons le bateau : la dérive touche sur un seuil à l'entrée, sans gravité ; nous prenons
une première place très étroite, en frottant un peu sur les côtés, délimités par des pieux de part
et d'autres ; peu satisfaits, nous allons en prendre une autre un peu plus large ; ces amarrages
en étoiles sur quatres pieux ne sont pas évidents ; les boucles tombent dans l'eau et les tours
ne coulissent pas ; nous dégréons et rangeons le bateau ; voiles pliées à l'intérieur, panneaux
et winches protégés, panneaux solaires démontés, ménage complet…. Drame : il faut couper
le frigo et boire désormais à la température ambiante ! Fab a entrepris de refaire les vernis à
bord. Carriacou est quasi prêt à s'endormir pour trois mois. Nos sacs sont vite faits.


Dimanche 24 avril

Nos amis nous déposent au centre commercial où Fab a réservé une voiture de loc. Shopping
chez Sears, Wallmart, West Marine… déjeuner au steakhouse local ; je commande ce qu'il y a
de plus gros en fait de steak, pour voir : 22 onces de filet tendre, juteux et goutu ! Dimanche
de Pâques (Easter) : invitation sur une maison flottante voisine ; salade de crabe du jardin
(enfin de la rivière quoi). Longue et dernière soirée au bord de l'eau, sur le ponton de J.
Reeltrick le pêcheur. Preston nous confie son secret : « All americans smoke marijuana and
worship the devil (the money) ». Nous ne reverrons pas James qui passe ses journées sur les
plages avec son détecteur de métaux.

Lundi 25 avril
On ferme le bateau. In extremis, nous rencontrons le patron de la marina et Fab règle les
formalités. Lisa, serveuse à 4$ de l'heure et loueuse de kayak, me grave un cd de Jack
Johnson. Elle habite dans son bateau avec son mari.
Au revoir aussi à Patricia Treech Shutt. Tous ont promis de veiller sur le bateau.
Fab m'arrête en passant dans quelques magasins de music, sans grand intérêt. Je prends quand
même une paire de baguette.
En route pour Miami !
Nous récupérons un bon de réduction pour un motel sur la route Interstate 95, du coté de Fort
Lauderdale. Route sans problème à part les particularités US : limitations de vitesse, feux de
l'autres coté du carrefour, tolérance sur le virage à droite malgré le feu rouge…
Le motel est vieillot mais ça ira. Je court goûter la piscine déserte. Fastfood le soir. Essayé des
boissons de jeunes : le Dr Pepper (mouais) et la root beer (infâme et médicamenteux).

Mardi 26 avril
Je tanne Fab pour qu'il m'arrête sur une plage. Je veux me baigner dans les rouleaux de
Floride ! J'y arrive à Deerfield Beach. Une banlieue chic dans ce continuum urbain qu'est la
côte. L'eau est bonne, les vagues énormes, et la douche en bord de plage. Tout est prévu.
20mn et le roadtrip reprend pour un dernier bord jusqu'à Miami Airport.

Fin de mon carnet de bord.


Date de création : 17/05/2015 20:05
Catégorie : Récits de voyages -
Page lue 1363 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Réaction n°44 

par thelma le 18/09/2020 18:52

Cartier Bracelet
Philipp Plein T Shirt
Mont Blanc Refills
Skechers Shoes
Salvatore Ferragamo
Salomon Running Shoes
Supreme Clothing
Tory Burch Flip Flops
Nike Air Max
Toms Wedges
Nike Air Max
Birkenstock Sandals
Fred Perry Outlet
Christian Louboutin
Cartier Love Bracelet
Under Armour Outlet
Brooks Outlet
Converse Sneakers
Asics
Yeezy
Golden Goose Sneakers
Lacoste
Longchamp Outlet
Kate Spade
Nike Canada
Christian Louboutin Boots
Ecco Mens Shoes
Karen Millen Tops
Birkenstock Shoes
Calvin Klein Dresses
Salomon Running Shoes
True Religion
Adidas Jacket
Burberry Bags
Geox
Aldo Shoes Women
Fendi
Yeezy Shoes
Burberry Shirt
Christian Louboutin
Hollister Sale
Fila Clothing
Asics Shoes
Hydro Flask Lids
Red Bottoms
Hydro Flask 32 OZ
Birkenstock Outlet

Réaction n°43 

par frank le 03/08/2020 21:14

Asics Running Shoes
Off White T Shirt
Calvin Klein
Coach Handbags
Tory Burch
Brooks Shoes
Longchamp Le Pliage
Timberland Boots Men
Ralph Lauren Polos
Lululemon
Tods Sneakers
Prada Sunglasses
Bape Shorts
Geox Kids Shoes
Balenciaga Shoes
Geox Shoes Canada
Christian Louboutin
Ecco Sandals
Aldo Sandals
Nike Air Max
Red Bottoms
Juicy Couture
Vans Store
Longchamp Large Pliage
Skechers Work Boots
Fitflop Sale
Keds Shoes
Stussy Canada
Juicy Couture Canada
Juicy Couture Sweatsuit
Supreme
Ugg
Prada
Kate Spade Handbags
Tommy Hilfiger Outlet
Nike Air Max
Ecco Shoes
Red Bottoms
Aldo
Fila Shoes Womens
Burberry Scraf
Salomon
Nike Shoes
Hydro Flask
Supreme Clothing
Converse Shoes
Keds

Réaction n°42 

par david le 03/08/2020 08:29

Mizuno Wave Ride
Tommy Hilfiger Sale
Supreme New York
Adidas Shoes
Stussy
Adidas Shoes
Skechers Go Walk
Christian Louboutin Heels
Kate Spade Keds
Juicy Couture Clothing
Mizuno
Aldo Canada
Coach Factory
Juicy Couture
Mcm Backpacks
Fitflop Sandals
Lululemon Outlet
Tods Uk
Skechers Go Walk
Coach Bags
Shoes Vans
Ecco Boots
Ed Hardy Shirt
Prada Sunglasses
Adidas Stan Smith
Giuseppe Zanotti Sneakers
Longchamp Le Pliage
Five Fingers Vibram
Keds
Fitflop Shoes
Puma Sneakers
Jordan 11
Air Force Ones
Puma Shoes
Dolce And Gabbana Shoes
Hollister Jeans
Asics Shoes
Aldo Shoes
Skechers Shoes
Tory Burch Shoes
Aldo
Aldo Shoes Women
Ralph Lauren
Fitflop Shoes
Supreme T Shirt
Air Max
Vans Shoes

Réaction n°41 

par katherine le 22/07/2020 03:02

Bape
Pandora Rings
Bape Clothing
Birkenstock Shoes
Salvatore Ferragamo Outlet
Fred Perry
Nike Shoes
Tory Burch
Calvin Klein Shoes
Lacoste Shoes
Brooks Sneakers
Christian Louboutin Shoes
Nike Store
Curry Shoes
Skechers Sandals
Lacoste Polo Shirts
NMD
Adidas Jacket
Nike Store
Balenciaga Shoes
A Bathing Ape
Ferragamo Shoes
Puma Trainers Womens
Karen Millen Outlet
Yeezy Boost 350
Kate Spade
Philipp Plein
Cartier Ring
Goyard
Christian Louboutin Sneakers
Fendi Shirt
Ferragamo
Asics Kayano
Birkenstock Sandals
Brooks Shoes Outlet
Skechers Sandals
Adidas Shoes Women
Supreme Shirt
Tory Burch Outlet
Balenciaga
Nike Running Shoes
Fila Hoodie
Geox Kids Shoes
Red Bottoms
Juicy Couture Outlet
Bape
Nike Factory
Hydro Flask

Réaction n°40 

par sandra le 21/07/2020 17:32

Calvin Klein Jeans
Bape Clothing
True Religion Sweat Suit
Polo Ralph Lauren Outlet
Birkenstock Sandals
Christian Louboutin Boots
Supreme Clothing
Christian Louboutin Boots
Nike Air Force One
Mizuno Wave Rider
Skechers Work Shoes
Tory Burch Bags
MCM
Adidas NMD R1
Mont Blanc Refills
Asics Running Shoes
Fred Perry Shoes
Cartier Love Bracelet
Skechers Sandals
Nike Off White
Birkenstock Shoes
Geox Sneakers
Bape Shirt
Tory Burch Canada
Longchamp
Burberry Bags
Fitflop Shoes
Kate Spade Keds
Superdry
Nike Air Max 90
Armani Jacket
Bape Clothing
Goyard
Yeezy Boost
Fjallraven Store
Asics Tiger
Fila Shoes
Adidas Yeezy
Burberry Bags
Red Bottoms
Birkenstock Sale
A Bathing Ape
Jordan 34
Nike Running Shoes
Supreme T Shirt
Ferragamo Shoes
Tory Burch Flip Flops
Salvatore

Réaction n°39 

par ronald le 20/07/2020 13:13

Birkenstocks
Mizuno Shoes
Lululemon Sale
Golden Gooses
Karen Millen Outlet
Hollister Dresses
Off White Hoodie
Christian Louboutin Boots
Tory Burch Flip Flops
Aldo Outlet
Mont Blanc Pens
Fjallraven Kanken Backpack
Adidas Football Cleats
Vans
Fendi Belt
Fila
Tommy Hilfiger Outlet
Brooks Running Shoes
Salomon Boots
Polo Ralph Lauren
Geox Sneakers
Nike Running Shoes
Air Max 270
Tory Burch Bags
Balenciaga Shoes
Birkenstock Shoes
Le Coq Sportif Shoes
Ralph Lauren Polos
Tods Loafers
Supreme T Shirt
Kate Spade Purses
Louboutin Shoes
Tods UK
Calvin Klein Underwear
Toms
Air Max 270
Adidas Ultra Boost
Hollister Clothing
Suicoke
Louboutin Canada
Lacoste Polo
Fjallraven Bags
Geox Kids Shoes
Ferragamo Belts
Asics Shoes
Yeezy Shoes
Yeezy Supply

Réaction n°38 

par thelma le 20/07/2020 03:39

Salvator Ferragamo
Philipp Plein
Le Coq Sportif Sweatshirt
Red Bottoms
Mizuno Wave Rider
Salvatore Ferragamo Shoes
Fred Perry Tracksuits
Salomon Hiking Boots
Brooks Shoes
Birkenstock Sandals
Five Fingers Vibram
Salomon Shoes
Calvin Klein Womens Underwear
Adidas Yeezy
Birkenstocks
Skechers Store
Salomon Shoes
Michael Kors Bags
Ecco Sandals
Burberry Bags
Nike Trainers
Salvatore Ferragamo Shoes
Aldo Boots
Pandora Jewelry
Fjallraven Kanken Mini
Valentino Sandals
Ferragamo Shoes
Lululemon Shorts
Mizuno Shoes
Coach New York
Ecco Mens Shoes
Geox Respira
Store Bape
Mizuno Trainers
Ralph Lauren Canada
Lululemon Leggings
Birkenstock Canada
Nike Shoes
Louboutin Heels
Suicoke
Fila Shoes
Aldo Boots
Asics Gel Kayano 25
Keds Shoes
Champion Clothes
Toms
Birkenstock Store

Réaction n°37 

par ernest le 14/07/2020 03:13

Christian Louboutin Shoes
Red Bottom Heels
Juicy Couture Tracksuits
Ecco Shoes
Fitflop Canada
Tommy Hilfiger Jeans
Nike Shoes
Salomon Hiking Shoes
Balenciagas
Calvin Klein Underwear
Mizuno Wave Inspire
Ralph Lauren Polos
Bose
Coach Outlets
Tommy Hilfiger Coats
Aldo Sandals
Adidas Shoes
Burberry Scraf
Vibrams
Stuart Weitzman Shoes
Keens Shoes
Keds Shoes
Aldo
Burberry
Bape Hoodie
Keen Shoes
Skechers Sandals
Hollister Sale
Lululemon Canada
Louboutin Shoes
Brooks Running Shoes
Skechers
Salomon Shoes
Christian Louboutin Shoes
Fitflop Shoes
Stussy Shirt
Puma Trainers
Coach
Christian Louboutin Shoes
Vans Slip On
Mizuno Wave Rider
Brooks Ghost 12
Keen Canada
Keen Sandals
Pandora Charms
Juicy Tracksuit
Jimmy Choo

Réaction n°36 

par ronald le 30/05/2020 15:04

Golden Goose Superstar
adidas nmd
Bose Earphones
salomon
Golden Goose
fila
Burberry Shirt
Ugg
Coach Crossbody Bags
Brooks Shoes
nike outlet
kate spade bags
Moncler
Fitflop
Skechers Shoes
Cheap MLB Jerseys
Kate Spade Canada
Bape Jacket
red bottom shoes
pandora
fila shoes womens
Suicoke Sale
Converse
Hugo Boss Jeans
pandora bracelet
Karen Millen Sale
MLB Shop
Converse
Bottega Veneta
Karen Millen
Hydro Flask Lids
louboutin heels
Karen Millen Outlet
Moncler Jackets
Golden Goose Shoes
Giuseppe Zanotti Sale
Jordan Retro
fjallraven kanken backpack
balenciagas
ecco outlet
ed hardy clothing
Armani Dress
Champion
Nike Air Max 90
yeezy boost
North Face Outlet
nike air vapormax
Juicy Couture Sweatsuit

Réaction n°35 

par ronald le 11/05/2020 22:48

Philipp Plein Shoes
Ralph Lauren Outlet
Ultra Boost
Hydro Flask Sale
Golden Goose Sneakers
Steve Madden
Juicy Tracksuit
New Jordans
Fjallraven Store
Nike Outlet
Bape Hoodie
Tory Burch Bags
Bvlgari Jewelry
Jimmy Choo Sandals
Longchamp Tote
Air Force 1 Womens
Karen Millen Clothing
Brooks Shoes
Hollister Shirts
Golden Goose
Off White Sneakers
Mizuno
Nike Running Shoes
Balenciaga
Fjallraven Bags
Skechers Shoes
Goyard Bags
Pandora Jewelry
Yeezy Shoes
Kate Spade Bags
Salomon Trainers
Birkenstock Shoes
Kate Spade Keds
Lacoste
Yeezy Shoes
Fitflop Sale
Tory Burch Handbags
Superdry Hoodie
Hydro Flask Sale
Under Armour Hoodies
Adidas NMD
Adidas Hoodie
Fila Shoes
Fendi Belt
Skechers Go Walk
Suicoke Shoes
Karen Millen Tops

DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 ] SuivantFin