Vous êtes ici :   Accueil » Povoa do Varzim - Graciosa
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://voiliercarriacou.free.fr/data/fr-articles.xml

Fin juin 2008, c'est le début de l'aventure familiale pour Carriacou.

Après un vol direct Paris / Porto avec la compagnie Easyjet sans incident, un peu de métro et pas mal de marche à pied nous arrivons à la marina de Povoa de Varzim où Carriacou nous attend sagement.

Povoa do Varzim
Pendant que le capitaine, qui connaît déjà la place, réarme le bateau, le reste de la famille visite Povoa do Varzim et recherche activement un « Pingouin Deux » autrement dit un supermarché Pingo Doce pour venir y avitailler un peu plus tard.

Povoa est une petite ville à deux facettes : la veille ville avec son port de pêche et une ville plus moderne avec un bord de mer totalement réaménagé en promenade, un casino...

Porto
Le lendemain nous avons visité Porto, avec ses trams et ses élévators du début du siècle qui ont ravis les enfants.
Nous avons été très étonnés de voir plein de marchands de rue : sur le bord des trottoirs, en plein centre ville, on trouve des étals de fortune, avec quelques plantes aromatiques, quelques fleurs ou des femmes avec quelques sardines juste posées dans une bassine...
Nous avons également admiré les nombreuses façades en céramique qui font le charme des villes portugaises.

Lisboa
Durant la navigation vers Lisbonne on ne pêche rien mais on croise de nombreux dauphins. Carriacou marche vite dans cette mer formée mais pas désagréable.



A l'approche de Cascais, le vent se renforce nous obligeant à prendre des ris et c'est sous les rafales que nous rentrons dans la marina heureusement bien abritée.

On passe quelques jours à visiter Lisbonne qui est une ville vraiment magnifique.



Un peu de bricolage pour remplacer l'antenne VHF combiné GPS-VHF de l'AIS par une simple antenne VHF qui accessoirement pourra servir d'antenne VHF de secours.


On jette un coup d’œil à la météo, puis c'est le départ pour Porto Santo, première grande navigation pour l'équipage au complet.

Porto Santo
Joelle est un peu malade au départ, Robin aussi mais 48H après tout rentre dans l'ordre et la navigation se poursuit sous un beau soleil dans un mer assagie.


Au passage on pêche deux thons que l'on tue avec du rhum dans les ouies : moins sanglant qu'un coup de couteau donné à un poisson vivant qui tente de nous échapper et de rejoindre l'eau par ses propres moyens.



Durant cette traversée on a croisé quelques cargos bien visible sur l'écran de l'ordinateur grâce à l'AIS, aperçu au loin une baleine et juste à côté une tortue qui se laissait dériver.

C'est au cours de cette traversée que l'on bien apprécié la facilité d'utilisation du téléphone Iridium qui nous a permis de réparer à distance le régulateur d'allure (merci ASMER).

De nouveau à l'approche du port le vent monte, histoire de rendre la manœuvre de port plus difficile.

On reste quelques jours à Porto Santo où la ville est assez loin de la marina. Cette île à une très grande et belle plage avec un eau turquoise dès que le soleil sort.

Madeira

Ensuite 24 h de nav pour rejoindre Madère. On choisit la marina de Quinta de Lorde, à l'autre bout de l'île mais bien agréable, neuve, avec des sanitaires de luxes et presque vide.



Vient ensuite ce qui va devenir notre train train de touriste : recherche d'un loueur de voiture, réservation d'une voiture, visite de l'île, avitaillement et départ.

Lors de la visite on a bien apprécié, les paysages vraiment différent d'un lieu à l'autre, la luxuriance de l'île, la piste d'atterrissage sur un pont, le musée de la ville (bien qu'hors de prix)... la bière Sagres en 25 cl.



La Palma

La traversé de Quinta da Lorde à l'île de La Palma s'est bien passé avec bien sûr son vent très fort à l'approche du port.

On profite de la marina du club de voile (avec piscine et wifi) après un amarrage folklorique de nuit sur les pendilles : une première pour l'équipage.

On visite cette magnifique île en voiture avec ses volcans, ses « papas arugadas », ses rues en pierres de lave, son parc naturel... et sa bière Tropical en 33cl.


Pourquoi être arrivés à La Palma qui est l'île la plus à l'ouest alors que les vents dominants viennent de l'est me direz-vous ? Et bien c'est assez simple dès lors que l'on sait que la seule place pour laisser Carriacou est à la Graciosa et que l'on comptait visiter un peu plus d’îles que cette dernière.

Vient le moment du départ en direction de Tenerife. Cette île n'est pas très loin mais franchement, naviguer dans les eaux Canariennes n'est pas une partie de plaisir, la mer y est croisée, le vent y souffle fort parfois même très fort sur 200m puis s'arrête pendant 2 minutes et repart pour souffler encore plus fort.

Tenerife

Notre arrivé se fait dans la marina de Santa-Cruz de Tenerife avec du vent soutenu (comme d'habitude) où l'on a la surprise de revoir nos anciens voisin de ponton de La Rochelle.

Location de voiture, visite de l’île.... la routine !

  

Navigation vers Gran Canaria dans un mer toujours aussi désagréable... heureusement il y a du soleil.

Gran Canaria
L'île de Gran Canaria est celle qui nous a le moins plu, trop construite et un temps voilé en permanence. La marina par contre est très bon marché. On aurait aimé y laisser le bateau mais au moins de novembre toute la marina est réservée par le Rallye de l'ARC (http://www.worldcruising.com/arc/).

 

 
En ville on trouve de tout, la plage n'est pas trop loin, et l'électronique y est bon marché... en plus la marina est très bien fournie en ship et autres professionnel du nautisme.

Dernière navigation de la saison : Las Palmas-Graciosa

En bref du près, de la mer, du courant contraire, un équipage malade à 75% : une vraie galère qui s'est conclue par du moteur sinon il nous aurait fallu 3 jours.

Graciosa
Le bonheur, un petit port, des gens charmants, un île sans goudron mais sans eau ni électricité au ponton.

GRA(00).jpg



C'est là que nous avons laissé Carriacou, dégréé et protégé du sable du désert proche.


Ensuite un petite visite express de Lanzarote, puis retour sur Paris après une visite de Madrid de 24 heures.

Lanzarote

La chaleur du sous-sol, le team Ericson de la Volvo Race, et la vigne qui pousse protégée du vent par des murets.

Le trajet effectué

GRA(29).jpg





 



Date de création : 17/05/2015 18:51
Catégorie : Récits de voyages -
Page lue 747 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !