Vous êtes ici :   Accueil » La Rochelle - Povoa do Varzim
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://voiliercarriacou.free.fr/data/fr-articles.xml

Fin avril 2008, c'est avec ce trajet que Carriacou commence sa navigation hauturière.

Au préalable, un AIS (EasyTrx classe B) a été installé, la barre franche réparée, la sortie d'évacuation du moteur qui provoquait de l'électrolyse changée, le carénage fait, le vérin du safran réparé, un désalinisateur installé.... tout ça avec le concours d'André que l'on remercie encore.

L'équipage

Mon frère Dorian, un collègue de travail et moi-même.

Trajet effectué

Nous sommes partis le 25 avril à 7h00 de La Rochelle - Stop à La Corogne le 28 avril à 12h00 - Départ de La Corogne 30 avril à 8h00 - Arrivés à Povoa le 1er mai à 21h00

Golfe de Gascogne

La traversée du golfe de Gascogne s'est bien passée, le nombre de cargos croisés a été peu important et, grâce à l'AIS, ils étaient détectés bien avant d'être visibles à l'oeil nu.

Durant cette partie du convoyage, nous avions établi la règle suivante : chaque fois que le vent nous ferait défaut, nous utiliserions le moteur afin de ne pas traîner dans le golfe.

Cette règle fut salutaire. En effet, dans la nuit du 27 avril, nous recevons un SMS de Daniel Tranchant (routeur bénévole bien connu) sur l'Iridium nous signalant une très grosse dépression à venir sur le cap Finistère et nous conseillant de nous diriger vers Gijon.

Ayant bien marché durant la nuit, plutôt que de prendre la direction de Gijon, maintenant derrière nous, nous décidons de nous rapprocher de la côte avec comme point de refuge éventuel si nous n'arrivons pas à passer le cap Ortegal le petit port de Vivero.

Finalement c'est avec une mer désagréable et du vent fort mais "raisonnable" que nous nous amarrons Carriacou le 28 à midi dans la marina de la Corogne.

Le passager clandestin

Les accompagnateurs

La Corogne

A Coruña, nous faisons le plein de gasoil et surveillons attentivement la météo des jours à venir bien à l'abri dans le bateau pendant que dehors le vent monte jusqu'à 40 noeuds.  Plus au large il était attendu une mer très grosse et un 8-9 Beaufort établi. Sur place avec nous il y avait un autre Ovni avec qui nous avons sympathisé (Lostrogoth).

Les fichiers gribs reçus par Iridium indiquent une fenêtre assez étroite de 24h durant laquelle le vent de SW va passer progressivement à S et ce pour au moins 5 jours. Du coup nous décidons larguer les amarres le 30 au matin. La mer est agitée avec des creux de 3 à 4 m et du vent dans le nez venant du cap Finistère.

Jusqu'au cap Finistère nous avons marché au moteur et ce n'est que dans la nuit du 30 avril au 1er mai que nous avons pu hisser les voiles et allonger la foulée. Grâce à l'AIS nous étions bien visibles sur l'écran des cargos et sur celui du sémaphore du cap Finistère qui gère le rail des cargos.

Povoa de Varzim

La météo ayant vu juste, plus nous nous rapprochions de Povoa et plus le vent refusait et mollissait. A quelques milles de Povoa, nous décidons de mettre du moteur et vers 21h nous pénétrons dans le port de Povoa... Quelques minutes plus tard et après un talonnage sans gravité en raison d'une lecture trop rapide par le capitaine du guide nautique, Carriacou est enfin amarré. A Povoa nous rencontrons une famille à bord d'un cata (Tsuyo) de 16m de long en bois moulé fabriqué par eux. Les jours suivants sont mis à profit pour visiter Porto, Povoa de Varzim, nettoyer à fond le bateau...et rentrer.


Date de création : 17/05/2015 18:22
Catégorie : Récits de voyages -
Page lue 750 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !